Pucerons cendrés LE RETOUR ! ferme cueillette des authieux lutte biologique

cendres le retour

 

 

En 2010 et 2011, une expérimentation à la ferme des authieux sur l’estimation de la capacité des insectes auxiliaires locaux, à contrôler les populations de pucerons cendrés a été menée. LUTTE ECOLOGIQUE CONTRE LES PUCERONS CENDRES

En 2012 l’ensemble du verger a été protégé contre ce parasite redoutable, uniquement par l’action des insectes autochtones, notamment les syrphes.

En 2013/2014/2015 : les populations de pucerons cendrés ont occasionnés des dégâts toujours inférieurs à 5%.

L’année 2016 marquée par une pluviomètrie très excessive en mai et juin a été néfaste au développement des insectes auxiliaires. Sur les vergers de la ferme, bien que le niveau d’œufs de pucerons hivernal soit conforme à la moyenne, il est apparu que la régulation des populations de pucerons cendrés était un peu laborieuse, et que les foyers se multipliaient de façon  excessives, notamment sur certines variétés de pommiers ( jonagored, topaze ) et dans certaines zones de verger ( terrain moins riche, bouts des rangs de pommiers ).

Sur mai et juin la régulation des foyers a été lente mais toujours acquise.

Par excès de confiance dûe aux bons résultats obtenus par la régulation naturelle, aucune intervention avec un insecticide biologique ou chimique n’a été faite sur l’ensemble du verger.

Au 15 juillet  après le départ des pucerons cendrés, le constat est que les dégâts seront  au dessus des seuils économiques acceptables . Très variables ils s’étendent de quelques pommes par arbre jusqu’à des arbres au 3/4 touchés. Il est à noter que rares sont les abres totalement indemnes.

Les dégâts ont imposés un « nettoyage » du verger, des fruitières du bas des pommiers ont été taillées, et des petits fruits déformés ont été éliminés.

La répartion des dégâts est la suivante: surface totale du verger 10 ha

2 ha de jonagored à 25 % des fruitières touchées  ,

0.6 ha de boskoop et   0.4 de topaze  à 20 % 

1 ha d’elstar à 15 %

6.4 ha toute variété de 0 à 10 %

L’incidence économique ne sera pas très importante, ce sont principalement les pommes à moindre potentiel qui ont majoritairement été touchées. Mais l’intervention de nettoyage a demandé 600 heures de travail.

La question qui se pose est double:

Les dégâts auraient-ils pu être plus graves? et à quel moment faut-il intervenir en cas de régulation naturelle  jugée trop lente ?

Ne plus faire confiance en la capacité des auxiliaires à réguler les attaques de pucerons cendrés serait une erreur je pense, par contre le suivi des populations d’auxiliaires et leur capacité à dominer le parasite devra être fait régulièrement en début d’attaque. Un seuil de colonisation, avec un nombre maximal de fruitières colonisées devra être déterminé d’une part, et d’autre part la réactivité des auxiliaires devra être suivi pendant le début de période de risque.

 

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

info retour à l'emploi |
"THC":Tout les Hauts de Cagnes |
Un monde meilleur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | petou
| La route est longue, mais l...
| essaifci