Lutte biologique contre les pucerons ,implantation de Chrysopes à la ferme des authieux

 

logoin21.jpg

RESUME

Cet article relate chronologiquement une expérimentation de LUTTE ECOLOGIQUE contre le puceron cendré au printemps 2010 sur le verger cueillette de la ferme des Authieux . Le moyen de lutte est une population d’ insectes auxiliaires présents dans les haies du verger, additionné d’une implantation de chrysopes au stade d’oeufs. Cet essai « grandeur nature » a été suivi par Mme Natalie Corroyer chargée de mission agriculture biologique à la chambre d’agriculture de Seine Maritime.La conclusion est que ce moyen de lutte naturel fonctionne,dans les conditions du printemps 2010 .Cette expérimentation  révéle la sous estimation de la capacité d’une population de syrphes autochtones à contrôler un insecte aussi redoutable que le puceron cendré ,et l’importance des haies  à intégrer lors de la  mise en place des vergers. Cet article apporte des informations  destinées aux praticiens.Il est ouvert aux commentaires permettant de recueillir des informations complémentaires . 

ailesdechrysopesfermecueillettedesauthieuxlesauxiliaires.jpg

Les insectes parasites du verger de pommiers sont assez bien contrôlés par les auxiliaires favorisés par les nombreuses haies implantées .

Mais certains parasites comme les pucerons cendrés nécessitent une application annuelle d’un aphicide pour être contrôlés.

Nous souhaitons afin de supprimer cette intervention mettre en place une population d’insectes prédateurs : les Chrysopes. Chrysopes de l’oeuf à l’imago en images .Tout comme il y a 10 ans nous avions implanté avec succès des Typhlodromes pour contrôler les populations d’acariens.

Dans le cadre de nos recherches pour développer les techniques durables , nous avons rencontré Mr Hecker de la société IF TECH .Celui-ci nous a exposé l’activité de son entreprise et notamment son travail sur l’élevage des Chrysopes avec l’utilisation de souches indigènes CHRYSOPERLA LUCASINA .Ces souches sont capables de coloniser un espace de façon définitive si l’on sait leur ménager un milieu favorable.

Le type d’implantation (sur foyer déclaré ou en positionnement sur l’ensemble du verger) les flores favorables ,les abris à mettre en place,les précautions à prendre concernant l’ensemble de nos interventions culturales, constituent l’ensemble des sujets qui seront abordés dans cet article .

Cette implantation sera réalisée en mai 2010 sur le verger cueillette de la ferme des authieux d’une surface de 3.3 hectares; parcelle conduite en méthode bio pour les programmes insecticides et fongicides. Mme Natalie Corroyer Chargée de mission Agriculture Biologique à la chambre d’agriculture de Seine-maritime apportera son conseil et le suivi de l’essai ,assitée de  Hélina Déplaude pour les comptages et la reconnaissance des insectes.

Historique du verger cueillette .

VARIETES Cette parcelle plantée en 1990 été constituée à l’origine de 2 variétés :Jonagored pour 75% de la surface et Elista pour le reste.En prévision d’une ouverture au public en libre cueillette ,elle a été surgreffée en 1999. Les Jonagored ont été surgreffées en 17 variétés différentes pour offrir à notre clientèle un large choix ;elles sont présentées en 3 groupes les Précoces ,les Mi-saison et les Tardives. Variétés du verger.

ENVIRONNEMENT

vuedelafermedesauthieux.jpgLa ferme des Authieux

vergerdelacueillette.jpgVerger  cueillette

 

Les haies composites de ce verger datent de 1996 . Le schéma ci-dessous représente l’ensemble des haies de la cueillette des Authieux ,les haies du verger de cueillette sont représentées par les lignes F;C;H;B;D

leshaiesdelacueillettedesauthieux.jpg

Le schéma ci-dessous vous renseigne sur les essences constituant les différentes haies;

lesessencesconstituantleshaiesfemedesauthieux.jpg

La haie H est la plus intérressante pour notre implantation de Chrysopes .Le merisier attire une faune aphidiphage (syrphes,chrysopes,coccinelles…) l’érable champêtre avec une entomofaune variée et abondante dont les pucerons dès le mois d’avril sera un garde manger de début de saison pour les Chrysopes.Le charme avec une entomofaune très variée,y compris en hiver (feuillage marcescent) sert d’abri à divers arthropodes en particulier les araignées. Sur les tilleuls adultes ,la faune auxilliaire est très abondante et très variée,liée aux pucerons et aux acariens présents.

Ci-dessous les espèces utilisées pour constituer la haie H et leur répartition.

squencedelahaiehvergerdesauthieuximplantationchrysopes.jpg

à noter également la haie B située en bordure Est du verger constituée uniquement d’aulnes blancs ,qui héberge des entomophages généralistes comme les chrysopes.

Dans une étude faite en 2007 sur la ferme , nous avons recensé les insectes présents dans les différentes haies ,afin d’estimer la biodiversité et le niveau des populations. Les résultats ont mis en évidence l’intéret de la séquence d’essences de la haie H .Cette étude nous a permis de proposer un type de haie adaptée au verger de pommiers de notre région. afin de constituer de bon réservoirs d’auxiliaires.

Un article de ce Blog reprend le travail de P.Langlois concernant l’étude de l’impact des haies sur la biodiversité ,suite aux plantations de haies réalisées ces  vingt dernières années sur la ferme des Authieux.Ces plantations ont été réalisées avec le soutient du Conseil Général de Seine -Maritime et les conseils de Mr Cyril Retout technicien forestier au C.A.U.E.qui a réalisé une présentation des résultats.Pour faire un lien entre cette étude et le plan schématique des haies ,la haie H correspond aux numéros 4,5,et 7. Et la haie D au numéro 21. 

METHODES DE CULTURES  La fertilisation est organique 500 kg de guano sont épandus au printemps.  Le desherbage est réalisé sur la ligne de plantation ,les 3/4 de la surface sont enherbés.Le verger est tondu jusqu’à la fin des gélées printanières ,ensuite on laisse pousser l’herbe jusqu’à la récolte des pommes. Le long des haies  une jachère  pluriannuelle est implantée  .Depuis 2007 la protection fongicide est de type « biologique » et à partir de 2010 la protection insecticide sera également de type « biologique » et sélective,(pas d’emploi de pyrèthres  naturelles).Les pommiers sont éclaircis selon les schémas conventionnels.

STRATEGIE D’IMPLANTATION DES CHRYSOPES  En faisant la synthèse entre les conseils de Mr Hecker et notre expérience passée concernant l’implantation des Typhlodromes nous avons arrêté une stratégie de mise en place.

Oû ? Notre but est d’enrichir la population d’auxiliaires présents dans l’environnement du verger par un apport de Chrysopes nous allons inonder l’espace à coloniser. Les chrysopes sont des auxiliaires dit »curatif »en absence de proie les larves s’entredévorent ,c’est pourquoi  dans notre logique de répartition des oeufs nous avons surchargé les réservoirs d’insectes que constituent les haies . Les pucerons cendrés apparaissent soient sur des foyers bien localisés et toujours aux mêmes endroits d’une année sur l’autre ,ou en bordure de parcelle sur les côtés ouest et sud-ouest correspondants aux zones les plus exposées aux vols d’automne. Sur les conseils de Mr Gaétan Cottier Technicien aux vergers  d’Anjou ,responsable d’un essai d’implantation de Chrysopes en 2009 , nous avons décidé de ne pas poser de bandelettes d’oeufs spécifiquement sur les foyers ,qui ne sont pas des zones favorables à la survie des larves ,une fois que le foyer est « nettoyé  ». Voir le plan d’ensemble ci-dessous.

zonedimplantation.jpg

Quand ? Dans l’essai suivi par  Mr Cottier les implantations d’oeufs ont été réalisées en juillet sur une population importante de pucerons ,les chrysopes ont permis de maîtriser l’ensemble des pucerons sans intervention aphicide ( le verger est conduit en bio et en milieu fermé , fermeture totale vis à vis des insectes lutte carpocapse).Nous sommes dans des conditions assez différentes, le verger de cueillette est ouvert, la Normandie ne jouit pas du climat de l’Anjou .Le conseil de Mr Cottier est d’effectuer les implantations assez tôt entre fin avril et début mai . A cette époque les populations de pucerons cendrés seront en cours de développement ,mais la température sera encore un peu basse (les oeufs sont sensibles au gel nocturne).  L’incubation des oeufs de Chrysopes dure 15 jours à 15°C et  5 jours en plein été , la larve se développe en 3 stades sur une période d’environ 1 mois. C’est au troisiéme stade de développement larvaire que les larves sont les plus voraces . Ensuite la larve fabrique un cocon avant de se transformer en adulte . Pour l’accouplement et la ponte il faut une période de 4 jours à 15 °C. Le cycle complet s’étale sur environ 2 mois. Suivant les conditions météorologiques de l’ année 2 à 3 cycles sont possibles  La longévité des adultes peut exéder plusieurs mois étant donné qu’ils hivernent.  Chrysopes de l’oeuf à l’imago en images merci à Ptipaul.

En fonction  de tous ces éléments ,il nous est apparu qu’une implantation des oeufs courant mai serait un bon compromis. Pour limter les risques de chocs thermiques nous implanterons les oeufs en 2 fois , début mai et un peu plus tard avec des températures plus élevées.

Comment? Là encore l’expérience de Mr Cottier nous a été utile ,pour déterminer la charge d’oeufs à implanter et leur répartition. Voir le schéma ci-dessous.

plandimplantationdeschrysopes.jpgLes lignes vertes représentent les haies , Elles sont de type H .une haie est dans le même sens que les rangs de pommiers(figurés par les petits pointillés vert foncé) elle coupe le verger de la cueillette en 2 .

Une autre haie ,située au sud également de type H termine chacun des rangs de pommiers ,les frondaisons sont en contact entre chaque rang de pommier ,afin d’assurer une bonne circulation de la faune sur toute la largeur du verger ,afin de  constituer un maillage de haies.

Ce sont ces deux zones que nous avons décidé de surcharger de bandelettes d’oeufs.

Les conséquences de l’implantation . Les acariens phytophages sont bien présents dans ce verger, mais depuis l’implantation des typhlodromes en 1999 ,nous n’avons jamais eu besoin de recourir à un acaricide pour les contrôler,une régulation c’est faite grâce aux auxiliaires . Notre verger est également exempt de dégâts de cochenilles sans aucune intervention .C’est l’impossibilité encore aujourd’hui de pouvoir contrôler le puceron cendré par les auxiliaires,  qui nous pousse à introduire des chrysopes,qui  sont présents mais en trop faible quantité. Nous espérons que si l’implantation est réussie ,la population de Chrysopes se fonde avec harmonie dans ces fragiles équilibres.Restera ensuite à voir le problème du puceron lanigère

 SUIVI DES POPULATIONS DE PUCERONS .

le 26 mars 2010 . Estimation de la population de pucerons cendrés  et pucerons verts du verger de la cueillette.Les oeufs de pucerons sont noirs brillants de taille 2 fois supérieure à ceux des acariens et souvent isolés ,ils ont la forme d’un ballon de rugby.Visibles à l’oeil nu ils sont situés dans les rides à la base des bourgeons.  Le comptage sur 100 bourgeons de pommiers ,prélevés dans la partie base des arbres révèle la présence d’oeufs sur 32 % de l’échantillon .Le nombre d’oeufs sur chaque bourgeon est toujours inférieur à 3. Nous pouvons considérer l’inoculum comme faible à moyen.Remarque : La presque totalité des bourgeons de l’échantillon est colonisée par des oeufs d’acariens.

Au 06 avril les oeufs sont éclos . L’éclosion est très groupée.Les fondatrices sont dans les boutons floraux.Pucerons verts et pucerons cendrés sont présents en quantité égale.

Au 15 avril les premiers enroulement de feuilles apparaissent .

Au 25 avril les foyers de quelques individus de pucerons sont nombreux. Sur les différentes variétés de pommiers de notre  essai 96 à 100 % des arbres sont colonisés .

Reine des reinettes : 5 à 6 foyers par arbre ;Suntan : 7 à 8 foyers ; Boskoop 30 à 50 foyers;et Bénédictin 8à 9 foyers.

La répartition entre les foyers de pucerons cendrés et de pucerons verts est d’environ 50 %. Nous notons la présence d’adultes de Coccinelle , et très fréquemment d’oeufs de syrphe  dans les feuilles enroulées. Les premières méthodiques larves de syrphe sont en action. Nous n’avons pas rencontré d’adulte de chrysope au verger , par contre ils sont présents sous les tunnels de fraisiers de la cueillette .

Au 05 mai La première semaine de mai est froide (10 degrés le jour et 2 la nuit,avec du vent de Nord Est) .Parmi les colonies de pucerons verts, apparaissent des individus ailés. La forte présence d’oeufs et de larves de syrphe se confirme.( voir le recensement fait en 2007 dans les haies du verger cueillette ,qui répertorie cinq espèces ).Nous relevons également les premières pontes de coccinelle ,et des formes mobiles d’acariens.Les foyers de pucerons verts (non migrants) deviennent plus nombreux que ceux de pucerons cendrés. Globalement le nombre de foyers de pucerons est en réduction ,mais la dissémination des pucerons cendrés par ponte de larve est visible sur de nouvelles feuilles,et le nombre d’individus par foyer augmente.Nous notons la présence de rares chenilles défoliatrices ,à ce jour la seule intervention contre les insectes est l’application d’une huile au débourement , un Bt (bacillus thuringiensis produit commercial DELFIN) est prévu après floraison.

IMPLANTATION DES OEUFS

AU 07 MAI Devant le nombre de foyers ,bien que les températures soient basses nous avons décidé d’implanter 3 boites de 64 bandelettes dans les rangs de boskoop et de reinettes ; les bandelettes sont placées par deux ,les oeufs tournés vers le bas pour être abrités du soleil. Dans la nature les femelles chrysopes sont fécondées avant l’hibernation et pondent dès leur reprise d’activité au printemps , il nous est apparu logique de ne plus attendre pour commencer l’implantation .

AU 11 MAI  La durée d’incubation des oeufs varie fortement en fonction de la température.Ce début mai est digne d’un mois de mars , nous n’avons pas trouvé de larves de chrysopes. Un nouveau comptage a été réalisé pour suivre l’évolution des foyers depuis le 25 avril :

Reine des Reinette :
- 4.8% de bouquets infestés par du puceron cendré et 3.6% infestés par du puceron vert
- pour les deux pucerons, une moyenne de 6 à 7 pucerons par foyer
- 7.6% de foyers vides ou ayant été nettoyés (vestiges de pucerons)
Boskoop :
- 10% de de bouquets infestés par du puceron cendré et 22.6% infestés par du puceron vert
- pour les deux pucerons, une moyenne de 7 à 8 pucerons par foyer
- 8.2% de foyers vides ou ayant été nettoyés (vestiges de pucerons)
Beaucoup plus d’auxiliaires observés sur Boskoop (en relation avec le nombre de pucerons plus important). 

Aspect des oeufs de chrysopes :  Nous avons reçu les bandelettes d’oeufs le mardi 4 mai  et disposés au verger le 7 mai , ils ont été pondus le 1 er mai .Il sont arrivés au stade vert. aujourd’hui 11 mai des oeufs sont encore entièrement verts,d’autres sont vert et gris cela correpond au développement des larves.

AU 15 MAI Les oeufs des bandelettes ont un aspect marron gris aucun oeuf n’est éclos ,les plus gris ont un aspect fripé, quelques oeufs sont encore verdâtres en leur milieu.Les 12 et 13  et 14 mai la température nocturne est descendue à -2 °C .

AU 18 MAI  Les premières éclosions . Les oeufs éclos sont blancs.Nous trouvons quelques rares oeufs de chrysopes sur des feuilles de pommiers du verger de la cueillette pondus par les adultes autochtones.

AU 23 MAI Les trois quart des oeufs des bandelettes sont éclos.

AU 28 MAI Nous implantons une seconde série (fichier excel patience pour l’ouverture) de 4 boîtes de 64 bandelettes;les bandelettes placées dans la haie centrale sont positionnées dans les érables champêtres ,infestés de pucerons ;  Ces oeufs pondus le 21 mai ont déja un aspect gris.

Situation au 28 mai: il n’y a plus de colonie de pucerons verts ,la dissémination des pucerons cendrés se poursuit,il n’y a pas de développement de foyers qui sont nettoyés par les auxiliaires,notamment les syrphes présents sous forme d’adultes,de larves ou d’oeufs oblongs ou de pupes,les déjections secrétées par les larves en fin de développement sont nombreuses.Globalement il est assez difficile de touver des foyers de pucerons cendrés non visités par des auxiliaires.Des larves de coccinelles sont assez facile à trouver par contre toujours pas de larves de chrysopes certainement encore en trop petit nombre.

L’impression générale est que les auxiliaires indigènes  contôlent le développement des pucerons cendrés.L’implantation des oeufs de chrysopes a été réduite en nombre de bandelettes par rapport au pojet initial ,mais maintenu le but étant d’enrichir notre patrimoine d’auxiliaires sur le verger et sur la cueillette.Les bandelettes non utilisées en verger ,sont placées aux abords de nos serres de tomates dans une haie,et dans quelques rangs de cassis particulièrement envahis de pucerons verts. 

SUIVI DES POPULATIONS D’AUXILIAIRES.

AU 6 JUIN Dans les colonies de pucerons cendrés appraissent les premiers individus ailés.Parmi les auxiliaires la famille des Miridae prend de l’importance en nombre.Nous avons repéré Orius,Deraeocoris ruber, Deraeocoris flavilinea (larve) trés fréquent.Les premières forficules ( perce-oreilles) sont observées.

AU 25 JUIN Il n’y a plus de dissémination de pucerons cendrés,ils ont fini leur cycle sur le pommier.Sur une première observation,il est possible de dire que les dégâts sur fruits sont très en dessous des seuils acceptables ,un comptage sera effectué fin juillet début aout.

AU 29 JUIN Natalie Corryer et Hélina Deplaude ont réalisé un battage de la haie de l’essai et des rangs de pommiers Résultats:5 larves de Chrysopes coté Ouest de la haie (sur 40 battages),aucune côté Est (à l’ombre lors du battage) et aucune dans les pommiers  (40 battages également)Plutot décevant pour les Chrysopes. En revanche, très nombreuses Anthoccoris, Deraeccoris et larves de Coccinelles, ce qui confirme les observations des foyers de pucerons. (Meilleure efficacité des auxillaires autochtones) notamment des syrphes présents très tôt en saison et continuellement jusqu’au départ des pucerons.

AU 06 SEPTEMBRE Mise en place de paillage « maison d’hivernage » pour les insectes auxiliaires

AU 09 SEPTEMBRE La récolte des pommes commence et partout dans le verger nous observons des adultes de chrysopes ,en cet fin d’été 2010 ils sont beaucoup plus nombreux que l’année précédante ,nous faisons la même observation dans les champs de framboisiers et le verger de poiriers,par contre les syrphes sont absents et des coccinelles  encore présentes , les punaises sont nombreuses. 

AU 15 SEPTEMBRE Les adultes de Chrysopes se raréfient ,on note encore la présence d’oeufs fraîchement pondus.

AU 30 SEPTEMBRE Les adultes de Chrysopes sont encore présents ,environ à 20% de la population du début du mois.

 

METHODE PROPHYLACTIQUE.

AU 18 OCTOBRE  Aujourd’hui en cueillant les pommes , malgré les températures froides des jours précédants,nous voyons encore des chrysopes ,mais uniquement aux abords des haies , sur une distance de 25 m environ. C’est également aujourd’hui que nous commencons la lutte contre les pucerons cendrés par des pulvérisations d’argile sur la partie du verger totalement récoltée.

 

SAISON 2011  la suite…

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

info retour à l'emploi |
"THC":Tout les Hauts de Cagnes |
Un monde meilleur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | petou
| La route est longue, mais l...
| essaifci