Lutte « bio » contre la tavelure bilan 2009 et perspectives 2010 ferme cueillette des authieux

 

 

logoin21.jpg

RESUME

Cet article présente les programmes de traitement à base de soufre  et de cuivre utilisés  pour lutter contre la tavelure durant les saisons 2009 et 2010 .Toutes les doses  données dans cet article sont des doses de produits commerciaux.La bouillie bordelaise contient 20% de cuivre sous forme de sulfate. Le soufre pour pulvérisation contient 80% de soufre micronisé. En fin d’article un fichier Excel détaile la logique des interventions (préventives ou stop) tout au long de la campagne 2010.

En conclusion depuis 2007 ,l’apprentissage de l’utilisation du soufre comme anti-tavelure est un succès  et les doses de cuivre associées sont de plus en plus faibles .Cet article apporte des informations  destinées aux praticiens.Il est ouvert aux commentaires permettant de recueillir des informations complémentaires .

 

 

BILAN DE L’ANNEE 2009

réalisé avec les conseils de Bruno Corroyer conseiller arbo à la chambre d’agriculture de seine-maritime

 

Ci – dessous le programme de traitement contre la tavelure et l’oidium pour la saison 2009

 

 

protectionoidiumtavelure.jpgla première colonne correspond  à la semaine,le soufre utilié est le Thiovit les doses sont des doses de produit commercial à l’hectare ,le volume de bouillie est de 450 litres par hectare. Les produits notés en GRAS correspondent à la 2 ème intervention sur une même semaine. (La dose de la lessive sulfocalcique  est de 450 g/hl base 1000 litres ha ).La première intervention a eu lieu à la mi-mars ,ce qui correspond souvent au début des périodes de risque  dans notre région avec la libération des premières ascospores ; la dernière intervention a eu lieu à la fin juin ,fin de la libération des ascospores.Malgré la présence de taches la protection n’a pas été prolongée après le 25 juin .L’été a été particulièrement sec en 2009.

 

wall papers extraits du blog

 

 

 

 

 

 

 

Contrôle des contaminations:

contrôle de la parcelle en cueillette libre service surface 3,5 HA.Parmi les 16 variétés présentes dans ce verger ,nous avons contrôlé  8 variétés dont GALA,JONAGORED,GOLDEN,et DELCORF les plus sensibles des variétés cultivées dans notre région ,en faisant un comptage sur un échantillon de 1000 feuilles par variétés. Ce comptage a été fait au 30 juin .

GALA 15% de feuilles tachées

JONAGORED 3,4%

GOLDEN 1,9%

ELSTAR 2%

DELCORF 4%

BOSKOOP;REINETTES;SUNTAN;KARMINJ; 0%

 

contrôle de la parcelle du chêne des valettes surface 4 HA les variétés de cette parcelle sont moins sensibles à la tavelure ,mais la présence d’un rang de JONAGORED et d’un rang de GOLDEN nous permettent tout de même de faire un comptage sur 2 variétés sensibles.

JONAGORED 3%

BOSKOOP 0,5%

 REINETTE ;CANADA, ;TOPAZE; SUNTAN et GOLDEN  0%

 

La tavelure présente dans ces deux parcelles à l’exception des rangs de GALA  n’a pas eu d’incidences commerciales sur la parcelle en cueillette libre service ,et n’en aura pas sur les fruits stockés pour la vente à la ferme. A l’exception  de GALA très peu de fruits sont tachés.Nous n’avons pas fait de comptage de taches sur fruits à la récolte .

L’oidium  n’a jamais été un problème sur la ferme ,aujourd’hui il y a absence totale d’oidium sur les 2 parcelles.

La sensibilité variétale est le facteur primordial à prendre en compte dans la stratégie de lutte contre la tavelure.La variété GALA n’est pas indispensable à notre gamme ,elle a été purement et simplement éliminée  cet automne. JONAGORED  et DELCORF malgré le sérieux de notre protection demeurent les variétés les plus délicates à protéger.gamme des variétés de la ferme

conclusions saison 2009

Sur les plans agronomique, environnemental et sanitaire le bilan est positif.

Sur le plan économique le bilan est acceptable ,les coûts liés à la réactivité indispensable sont élevés  (matériel et moyen humain).

Sur le plan social le bilan est positif.

 

 

recommandations 2010

concernant les comptages : ils seront faits de facon hebdomadaire sur la variété JONAGORED par la personne qui effectue les traitements toujours sur un échantillon de 1000 feuilles. Cela va nous permettre d’améliorer notre analyse du risque.

concernant la sensibilité variétale: GALA arrachée cette année sera remplacée par TOPAZE clône rouge. et JONAGORED sera toujours traitée en premier en période de risque .

concernant les doses des produits anti-tavelure:

LE SOUFRE  en absence d’apparition de tache surJONAGORED à la fleur ,la dose de soufre sera ramenée de 7500 grammes à 6000 grammes sur le reste de la saison ,le positionnement des traitements paraissant plus importants que la dose.

infos pratiques concernant l’utilisation du soufre:

en 2009 la pression tavelure a été plutôt forte ,je n’ai pas réduit les doses de soufre après la floraison,et je n’ai pas observé de brûlure sur feuillage (il n’y a pas de cox-orange sur la ferme  mais des cox des Flandres ).Les brûlures imputées au soufre sont dûes je pense à des associations malheureuses réalisées  dans les bouillies phytosanitaires.Le soufre employé seul ne présente pas de risque particulier aux doses habituelles .La volonté d’alléger les programmes phytosanitaires conduit dans le cas de la protection contre les insectes à utiliser des huiles d’hiver ,dans ce cas il faut souligner l’importance capitale de ne pas utiliser le soufre dans un delai inférieur à 15 jours après l’application de l’huile ,notamment en absence de lessivage ,(ce qui dans la pratique est loin d’être évident).

La dose de LESSIVE SULFOCALCIQUE ne sera pas diminuée ,ce produit étant toujours utilisé en STOP (donc en présence de risque avéré).

LE CUIVRE dans la lutte bio la dose totale de cuivre épandue à l’hectare est souvent un sujet de controverse (en Hollande le cuivre est interdit) dans le programme ci-dessus la dose totale pour lutter contre la tavelure est de 11 KG de BOUILLIE BORDELAISE produit à 20%de cuivre,et l’on peut remarquer que 8 KG proviennent du premier traitement.

A partir de 2010 le premier traitement sera fait à base de soufre seul si le temps est humide sur la base de 10 kg .Si le temps est sec le soufre sera fait à 8KG et additionné de 2KG de bouillie bordelaise . Si les températures sont trop basses pour que le soufre agisse le cuivre sera employé seul et à 8 KG.

Pour le reste de la saison la dose de cuivre de 500 grammes de PC soit 100 grammes  de m.a. semble être suffisante pour avoir une action sur la tavelure,complémentaire à celle du soufre ; de plus à cette dose il n’y a pas d’effet rugogène.

Pour conclure sur le cuivre et la dose totale épandue à l’hectare :il faut ajouter au 11 KG de la lutte anti-tavelure ; 3X2.5 KG pour les traitements contre le chancre à l’automne .Et en traitement de conservation 5X200grammes .Soit un total de 19,5 KG pour l’ensemble des interventions à base de bouillie bordelaise.

concernant l’analyse du risque l’outil cimel: modélisation tavelure

Le programme « tavelure » cimel paraît bien coller au risque réel,cela dit il n’y a pas d’explications fournies sur le fonctionnement du programme cimel d’ou des imprécisions sur la prise en compte ou pas des périodes séches qui peuvent interrompre une période d’humectation couplées à des hygrométries fortes.De plus l’emplacement de la sonde d’humectation qui n’est pas dans les conditions du feuillage, pour des raisons pratiques, est sujet à polémiques.

Autre point épineux la rosée ou même le brouillard à prendre en compte ou pas pour démarrer le calcul d’humectation.La viabilité des spores sur plusieurs jours en fonction des conditions météo est également à intégrer dans les calculs.

Le problème est complexe ,globalement l’hygrométrie forte de la Normandie souvent supérieure à 85% insite à  ne pas interrompre les périodes d’humectation et donc d’augmenter le nombre de pluies contaminatrices . 

L’expérience des aboriculteurs bio permet  empiriquement de caler une stratégie qui intégre l’ensemble de tous les paramètres .sans cela trouver  le programme de protection contre la tavelure uniquement à base de soufre , serait pour le moins ardu.Remercions les de partager leur savoir-faire en la matière.

 

 

stratégie globale de lutte 2010

l’analyse des risques à posteriori ne permet pas d’arrêter une stratégie préventive ou stop.

La logique dans la volonté de réduire les volumes de soufre utilisés va dans le sens des traitements STOP à base de lessive sulfo-calcique ,mais en tenant compte du temps d’intervention en cas de contamination (moins de 10 heures avant le début de la pluie contaminatrice à 15°C)il parait pas raisonnable surtout en Normandie ou un épisode pluvieux peut-être soutenu et pendant une longue durée,de ne miser que sur des traitements STOP.

Pour 2010 Les choix de 2009 ne seront pas remis en cause  schéma de protection 2009

les traitements seront donc préventifs toujours le plus prés possible du début de la pluie contaminatrice ,la lessive sulfo calcique sera utilisée en traitement STOP.si la protection préventive est jugée insuffisante(delai de traitement du soufre trop loin de la contamination ou lessivage)

Par contre sur les 2 ou 3 GROS RISQUES notamment contaminations après une longue période de sec ,stock important d’ascospores ,souvent au mois d’avril et début mai la protection sera renforcée et même en absence de lessivage la lessive sulfo calcique sera faite en plus de la protection préventive.

 

Analyse du risque tavelure 2010 , outil d’aide à la décision pour le praticien.

Depuis 2007 ,début de l’apprentissage de l’utilisation du soufre pour combattre la tavelure,les surfaces protégées sont passées de 33% du verger de pommiers à  70 % .Durant cette période les dégâts engendrés par la tavelure ont toujours été sans incidence économique.L’année 2010 particulièrement sèche a été plus facile à gérer et sur la variété la plus sensible du verger ( la Jonagored) les dégâts avant récolte sur feuilles sont inférieurs à 1%.

Le comptage  au 15 octobre sur pousse révèle un inoculum faible :Sur 100 pousses de l’année de 18 feuilles en moyenne soit 1800 feuilles observées 10 feuilles sont marquées d’une tache de tavelure.soit 10% des pousses et 0.55% des feuilles .On retrouve le même pourcentage observé sur fruit fin juin. Notre but étant de toujours réduire les interventions phytosanitaires, les deux techniques prophylactiques ,pulvérisation d’urée et broyage des feuilles ,seront réalisées.La pulvérisation d’urée est faite après récolte à l’atomiseur avec une bouillie concentrée à 5% de perlurée (500 litres de bouillie hectare),additionnée de bouillie bordelaise pour lutter contre le chancre.En sortie d’hiver une autre pulvérisation d’urée au sol sera effectuée toujours à 5% de perlurée (100 litres de bouillie ha traité) avec un pulvérisateur à rampe horizontale.

Au fil des années les doses de cuivre ( sous forme de bouillie bordelaise  ou cuivrol ) sont régulièrement réduites.Il est certain que l’anti-tavelure est le soufre,le cuivre ,aux doses utilisées ,ne jouant qu’un rôle complémentaire de nettoyage notamment contre les maladies de conservation.

Le tableau excel joint apporte à chacun des risques ,dans un commentaire , la réflexion sur le choix de la protection , en fonction des données cimel,des prévisions météo ,des week end, et de l’état de protection encours .Ceci afin de déterminer le type de protection préventive ou stop. GESTION DU RISQUE TAVELURE AVEC DU SOUFRE (patience pour l’ouverture)

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

info retour à l'emploi |
"THC":Tout les Hauts de Cagnes |
Un monde meilleur |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | petou
| La route est longue, mais l...
| essaifci